Visite ad limina des évêques

Visite ad limina des évêques

Je devrais ajouter au titre «catholiques québécois». La visite «ad limina» exige que les évêques aillent rendre compte au pape de la situation de leur Église aux cinq ans. C’est le temps de faire nos messages au chef de l’Église, François.

Des catholiques  regroupés dans un mouvement, appelé le Parvis de Québec, nous proposent d’appuyer une lettre demandant aux évêques qui nous évangélisent, nous enseignent et nous guident, d’autoriser l’Église du Québec de vivre des premières expériences d’accès de femmes au sacerdoce. 

J’ai travaillé pendant 30 ans avec plusieurs femmes en pastorale et je soutiens que si les femmes faisaient la grève actuellement, la mission d’annonce de l’Évangile serait gravement compromise dans l’Église du Québec. C’est pourquoi je vous demande, en tant que croyante et croyant en Jésus Christ, de lire la lettre et d’envoyer par courriel votre appui, si c’est votre cas bien sûr, en n’oubliant pas de donner votre adresse. N’ayez crainte, vous ne serez pas inquiété par la suite!

Je pense qu’un chrétien ou une chrétienne ne peut garder le silence devant une tradition qui n’a plus sa raison d’être ici et maintenant au Québec. Si vous avez encore un tout petit brin de foi en Jésus, faites-le maintenant: ça ne prendra  que 10 minutes de votre temps.

Pour lire la lettre d’appui sur le site du Parvis de Québec.
Envoyer un message pour signifier votre appui.
Pour tout savoir sur le combat des femmes vers la pleine reconnaissance dans l’Église, visitez Femmes et ministères.

Une réflexion au sujet de « Visite ad limina des évêques »

  1. Vatican II avait mis de l’avant l’autonomie des épiscopats en matière d’orientation et de décision pour répondre aux appels du peuple de Dieu en leur contrée. Une autre idée majeure occultée et écartée par la centralisation romaine au lendemain de Vatican II. Rome préfère-t-il voir mourir le christianisme en diverses parties de l’Occident ou SERVIR le PEUPLE de DIEU comme il se doit? Rome préfère voir ce qu’il veut là où il veut, sans JAMAIS tenir compte des réalités sur le terrain pastoral, et cela, au nom d’une certaine théologie idéologique qui sert l’Église centrale. L’audace n’est pas la témérité. Femmes, célibataires ou mariées, hommes mariées pour l’accès aux ministères ordonnés. Sous la mouvance de l’Esprit-Saint, tout devient possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.