Souhaits du Nouvel An

Souhaits du Nouvel An

Incapable de sortir pour célébrer le Nouvel An dans ma communauté, je lis un article à Radio Ville-Marie sur Stéphane Hessel, un inconnu pour moi, et j’apprends que ce nonagénaire a inspiré le mouvement des Indignés.

Qui est-il donc? Rescapé des camps de concentration de la Seconde Guerre Mondiale, ex-diplomate français, co-rédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, également écrivain et poète, il a publié en octobre 2010 Indignez-vous!, un opuscule de 32 pages, qui défend l’idée selon laquelle l’indignation est le ferment de l’« esprit de résistance», et dont va s’inspirer le Mouvement des Indignés. L’écart grandissant entre les riches et pauvres, le risque de la destruction de la planète apparaissent parmi ses indignations. Le conflit israélo-palestinien, particulièrement les conditions de vie des Gazaouis, choque aussi le Français né à Berlin d’un père juif.

Face aux critiques, Hessel signe un 2e ouvrage en mars 2011, Engagez-vous!, fruit d’entretiens avec Gilles Vanderpooten. «Attention, prévient-il, il ne suffit pas de s’indigner! Il faut aussi se mettre en mouvement pour que les choses changent.» Dans cet ouvrage, l’auteur fournit le mode d’emploi aux manifestants, qui, selon lui, doivent aller au bout de leur démarche en joignant par exemple un parti politique pour que leur indignation «se transforme en quelque chose de constructif».

Ma santé ne me permet pas de joindre en plein hiver les manifestations des Indignés de Occupons Montréal ou Joliette, mais je peux réfléchir et en parler autour de moi. Je peux aussi prendre des décisions justes concernant mon environnement et notre planète, concernant ma consommation et les inégalités entre riches et pauvres, qui finissent par nous dominer toutes et tous. Je peux aussi faire entendre ma voix de chrétien et proclamer que chaque fois qu’on prend soin de la terre et des humains, on continue les gestes prophétiques de Jésus Christ. Comme le rapportent souvent les évangiles proclamant que le Royaume est proche : «Comprenne qui pourra!»

Si j’ai un souhait à formuler aujourd’hui, c’est que Dieu soit béni pour la vie et la terre qu’il nous a données. Je comprends que nous sommes responsables de tout cela et je souhaite que  chacun de nous ouvre les yeux et fasse en sorte que le monde soit meilleur pour nos enfants et petits-enfants.

4 réflexions au sujet de « Souhaits du Nouvel An »

  1. Je répondrai à ta réflexion par cette brève parole: Quand il y a panne d’électricité, la lumière d’une chandelle suffit pour transformer la maisonnée. Tous quittent les activités qu’ils trouvaient si importantes et se mettent à raconter ce qui leur tient vraiment à cœur ou simplement à se réjouir de la présence des autres.

  2. 2e jour de l’an 2012. Je résiste à formuler des souhaits. Je préfère transmettre cette brève réflexion, inspirée d’un article du journal « Le Devoir » paru le 31/12/2011 et 01/01/2012 (Cahier A-6) sous la plume de Stéphane Bergeron, « L’Imperium mundi des temps modernes ».Une référence à la fascinante étude des historiens Walter Schiedel et Steven Friesen mettant en relief le fossé qui sépare les très riches des très pauvres depuis 2000 ans! C’est dire qu’il y a eu depuis ce temps des « indignés » et que de petits ou grands changements peuvent se produire dès lors qu’un slogan fait prendre conscience d’injustices flagrantes d’un système économico-politique et surtout que des actions revendicatrices prennent la sellette. C’est la nature même de l’humain qui est remise en cause, car ce dernier vascille entre son animalité (qui défend un territoire et des prérogatives relevant du pouvoir du plus fort) et une humanité toujours à construire, prête à la solidarité et au patage. Une voix forte, intègre, crédible, portant la cause au nom des laissés-pour-compte, les sans-voix, est actuellement recherchée. La voix collective d’un choeur d’engagé-e-s est plus que souhaitable. Parfois je fais référence à cette étude doctorale d’un jeune sociologue, qui a démontré par de belles équations mathématiques, que 35 personnes suffisaient dans un stade de 100 000 partisans pour initier la « vague », expressive d’un appui inconditionnel. Je veux m’engager dans ce ‘choeur’, sans tarder, avec toute la fougue de mon expérience alliée à la puissance d’énergie d’une jeunesse qui crie son mal-être devant autant d’injustices. En 2012, rien de moins! Comme le dirait si bien Etty Hellisum, « c’est ma façon d’aider Dieu, indigné et impuissant à changer le coeur humain! » Yvon R. Théroux.

  3. J’ajouterais que cela prend beaucoup de foi et d’espoir pour croire au grand changement en cours (pas juste à venir) et que d’être relié à une « caravane en marche » comme les indigné-e-s et autres communautés porteuses de ce changement radical aide énormément à poursuivre la marche et et le rêve et la lutte.

  4. Hier soir (31 décembre) à 22h je me suis joins aux indigné-e-s à la Place Émilie Gamelin pour une marche silencieuse aux chandelles d’une heure sur Ste-Catherine, vers l’ouest où sont les clubs. On était 36 à marcher avec la banderole Occupons, nos pancartes et gros macarons. Y avait plein de monde, des jeunes, des jeunes, encore des jeunes. Des centaines en file au coin de St-Denis en attente d’entrer dans un grand club. Ils nous saluaient et on leur souhaitait la bonne année. Ils disaient c’est Occupons Montréal. Des autos klaxonnaient. Vraiment spécial avec toutes ces lumières de fêtes. Il faisait doux. On s’est arrêté au carré Philipps. En grand cercle on a partagé fort nos voeux pour la nouvelle année: paix, justice, partage, solidarité, liberté, espoir, persévérance, de l’Amour pour nos soeurs et frères en humanité. Avec la sincérité et la simplicité des enfants que Dieu apprécie particulièrement. Mais la quarantaine de jeunes rassemblés là sont fermement engagés pour la plupart dans des groupes de droits humains ou pour l’environnement. Certains ont déjà été arrêtés à cause de leurs engagements même pacifiques.

    Je pensais à l’arche de Noé et au Titanic. Les dirigeants du monde et les esclaves de l’argent nous mentent, nous appauvrissent, nous méprisent et nous mènent à la catastrophe. La majorité des citoyens fêtaient, riaient, achetaient sans se soucier… alors qu’il y a un iceberg écologique droit devant. Mais Dieu allume des consciences, de plus en plus, pour réveiller l’humanité et les jeunes sont sur le pont… comme les veilleurs/priants du monde et les artisans de justice et de paix et de compassion et de miséricorde et… De petites semences, bien petites mais qui font lever la pâte, comme il en est de la venue du Royaume de Dieu selon Jésus. Humble et fragile comme un bébé au début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *