Notre Père, que ton règne vienne

Notre Père, que ton règne vienne

Quand j’ouvre un évangile, le premier personnage sur lequel je tombe est Jean-Baptiste, prophète qui a suffisamment marqué son époque et surtout le temps où Jésus a parlé et agi, pour être mentionné au début des écrits des quatre évangélistes, Matthieu, Marc, Luc et Jean.

Un prophète peu banal, reconnaissons-le: il avait du succès auprès des foules, il appelait les Juifs au repentir et à recevoir le baptême en signe de conversion. Convertissez-vous, disait-il, car le Règne de Dieu est proche!. Il faut croire qu’Hérode Antipas l’a trouvé assez dérangeant au point de l’emprisonner. Plus tard on raconte que, de sa prison, il envoya de ses disciples à Jésus pour lui demander s’il était «celui qui doit venir», le messie. Il eut comme réponse de Jésus: «Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez: les aveugles retrouvent la vue et les boiteux marchent droit, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres; et heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi!» Il fallait avoir la foi, mais aussi de l’intelligence pour comprendre ce qui se passait dans les actes de Jésus.

Je fais un parallèle avec ces jeunes – et pas si jeunes – indignés qui ont mis en ligne quelques vidéos sur le site Occupons Montréal : nous sommes les 99%. Je retrouve dans ces vidéos à la fois les interrogations et la ferveur des disciples de Jean et de Jésus. J’entends des paroles qui appellent les gens à s’ouvrir les yeux sur ce qui se passe avec le monde de la consommation et de l’argent. Je vois encore ces gens partager la popote et la table, danser joyeusement au rythme d’un rap contestataire, aménager un campement de façon vivable et durable, le temps en tous cas de passer leur message. Ils sont très proches du message des béatitudes: Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice: ils seront rassasiés.

Est-ce que je peux en dire autant de NOTRE communauté chrétienne? de NOTRE Église catholique? Ne trouvez-vous pas qu’une grande partie de notre Église a perdu la ferveur de sa jeunesse, qu’elle a perdu la capacité de faire entendre le message de Jésus, qu’elle est paralysée par ses structures, que ses hauts responsables, ses ministres et nous-mêmes avons trop souvent l’air de vivre dans un autre monde que celui des pauvres et des victimes de l’injustice?

En fait, cette jeunesse qui campe Place du Peuple prend la place de l’Église pour annoncer aux pauvres cette Bonne Nouvelle que Dieu appelle tous et toutes à lutter pour la justice, la fraternité et la paix. Même si elle n’en est pas toujours consciente, de fait, cette jeunesse fait partie de la nouvelle communauté des disciples de Jésus. Je reconnais qu’elle veut aussi que le Règne de Dieu vienne. Si je ne peux pas les rejoindre dans leur campement, je peux partager par l’internet leur enthousiasme, leur énoncé de valeurs, leur lecture des événements actuels. Je me laisse toucher par leur cri, je peux aussi changer mes comportements contraires à l’enseignement des béatitudes. Enfin, je peux puiser dans le trésor des paroles de l’Évangile des récits et des personnages très actuels.

En tous cas, je redis avec une intelligence et une ferveur accrues: NOTRE PÈRE, QUE TON RÈGNE VIENNE !

Et je n’oublie pas de m’associer d’une façon ou une autre à la campagne de Développement et Paix Aidez à refroidir la terre, qui vise à manifester notre appui aux petits producteurs agricoles des pays du sud et notre solidarité avec les pauvres de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.