Noël, les enfants et le Royaume

On a souvent dit que Noël était une fête d’enfants; en fait, il fallait comprendre une fête pour ceux qui ont un cœur d’enfant, capables de voir autre chose que leur intérêt personnel, autre chose que ce que leur dicte la loi.

J’ai lu dans la 7e édition du journal « 99 % » un récit qui illustre bien qu’un enfant peut comprendre ce qu’un adulte ne comprend pas. Preuve que seuls «ceux qui sont semblables aux enfants entreront dans le Royaume de Dieu». Je vous invite à lire ce bref article que j’ai pigé dans le journal de Occupons Montréal et à juger par vous-mêmes, et par la même occasion,  à mettre le site de Occupons Montréal dans vos favoris.

Le 17 décembre, à 16h, en plein cœur du Complexe Desjardins, nous avons tenu une méditation d’environ 15 minutes, suivie d’un « Mic Check » qui prônait l’amour, le partage, la paix, le respect et l’argent au service de ces valeurs. Les policiers sont venus nous demander de partir à la toute  fin de notre action. Le tout a duré environ 30 minutes.

Durant la méditation, je me suis aperçue  que des enfants de tous les âges venaient vers nous, curieux. L’un d’entre eux, âgé d’environ 9 ans, est venu me demander «C’est pour quelle cause?» et j’ai répondu: «Occupons Montréal ». Soudainement, un sourire s’est dessiné sur son petit visage et, tout content, il a couru voir sa mère pour lui annoncer la « bonne nouvelle ». Il était présent, de cœur et de corps, parmi nous, à partir de ce moment : il a filmé le « Mic Check » et s’est interposé entre nous et les policiers pour leur demander de nous laisser faire – demande à laquelle un policier lui a répondu : « Ce n’est pas de tes affaires !».

Ces enfants m’ont fait réaliser que notre mouvement défend bien plus que les droits de la personne, l’égalité salariale ou la transparence politique. Il défend aussi ces valeurs universelles qui sont ancrées en chacun de nous et avec lesquelles les enfants ont encore un lien fort et direct. Nous sommes de plus en plus conscient-e-s de ces valeurs, puisque nous prônons aussi l’amour, le respect, l’honnêteté. Alors, j’appelle ici tout le monde à fermer les yeux, à sentir ces valeurs au plus profond de son âme. Ainsi, nous puiserons une force inébranlable, universelle et solidaire, qui nous permettra d’aller toujours plus loin et de semer des fleurs partout sur notre passage.

Marie-Claire Larocque

http://www.occuponsmontreal.org/wp-content/uploads/2011/12/007JournalPage1-2c.pdf

(consulté le 21 décembre 2011)

Nous, catholiques, quelle bonne nouvelle avons-nous, à l’instar de cet enfant, à annoncer à notre entourage? Le côté religieux de Noël s’exprime dans nos crèches, mais plus encore dans tout geste où l’on s’efforce, à la manière de l’Emmanuel, de se faire proche de l’autre, surtout les pauvres, les petits, les exclus, les sans-voix.

Ne pensez-vous pas que l’officier de police de la petite histoire racontée par Marie-Claire aurait pu «faire son devoir» et en même temps se faire proche de l’enfant, se conduire comme un être humain, lui expliquer pourquoi il agissait ainsi? N’aurait-il pas ainsi posé sa petite pierre pour bâtir un monde où la fraternité vaut plus que les règlements? L’enfant était spontanément ouvert à cela – probablement parce que sa mère l’était. En intervenant auprès de l’officier de police, il a montré qu’il était plus proche que lui du Royaume de Dieu. Puisse la conduite de cet enfant nous inspirer dans notre manière de regarder les autres en ce Noël!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *