L’Évangile de la création

François – le pape – après avoir fait le tour de la maison (chap. 1 de l’encyclique Laudatio si’), expose ses convictions profondes, celles des chrétiens en fait, dans lesquelles je me reconnais. Si la foi veut être pertinente aujourd’hui et contribuer au bonheur des humains, elle doit dire une parole qui éclaire la situation déplorable, désastreuse et dégradée de notre maison, la terre, qui fait tout autant souffrir les humains.

Alors, qu’est-ce que l’Évangile de la création, ou quelles sont les convictions profondes de François concernant la nature, la terre et les humains?
1- D’abord que l’homme est le gardien de la terre et non le propriétaire.
2- Que sur la terre tous les êtres ont une vie et une dignité propres; ils ne sont pas que des objets utiles aux humains et méritent considération.
3- Que Dieu est toujours à l’œuvre dans la création, il s’y manifeste dans la bonté de tout être et il appelle les humains à la communion avec Lui et avec tous les êtres de la terre.
4- Que, si nous formons réellement une grande famille, de voir la dégradation de la terre et les souffrances des autres vivant devrait nous inspirer la compassion.
5- Que la terre est un bien commun et que les vingt pourcent de riches sont des voleurs quand ils s’accaparent de tout et laissent aux pauvres à peine de quoi survivre.
6- Jésus n’a pas fait de grand discours sur la nature; il y est né, y a travaillé et s’est inspiré d’elle pour faire comprendre ce qu’était le Royaume de Dieu, qui est Père, déjà à l’œuvre par son Esprit, et qui cherche à tout unifier dans le Christ Ressuscité.

Le regard de foi du pape sur le monde, et mon regard, c’est qu’on peut y lire le travail et l’action amoureuse de Dieu. De la même manière, donner la vie à un enfant, c’est le fruit de l’amour de deux personnes et un geste qui entraîne la responsabilité d’en prendre soin. Le croyant et le non-croyant ont conscience qu’un humain digne de ce nom, non seulement n’abandonne  pas ce qu’il a créé mais fait de son mieux pour l’aider à s’épanouir.

Si c’est vrai pour la maternité et la paternité, pourquoi ce ne le serait pas quand je construis ma maison et quand j’aménage mon jardin? Et quand je prends soin de ma maison et de mon environnement, n’est-il pas humain d’espérer que mes voisins fassent de même et de partager avec eux les plantes et les fleurs que j’ai réussi à faire fleurir? Et de partager nos expériences et connaissances? Et d’exprimer chacun ses goûts et ses préférences? Et de regarder avec émerveillement ce que chacune et chacun a fait apparaître de neuf dans son jardin, seulement en étant respectueux de l’environnement et attentif à ce que chaque plante peut apporter?

J’aime penser que toute personne digne du nom d’être humain pense à cela. Quand l’ingénieur trouve la solution pour aménager quelque coin de la terre, a-t-il assez de génie pour prévoir ce qui arrivera à l’outil qu’il a fabriqué et comment on le recyclera quand il aura terminé sa vie utile? Qu’arrive-t-il au téléphone intelligent que j’ai laissé à la récupération? Est-ce que je me le demande? Est-ce que je m’inquiète des effets sur la terre des déchets que je produis? Suis-je myope au point de ne pas voir le mal que je fais ou inconscient au point de ne pas m’en soucier? Un téléphone intelligent est-il aussi nécessaire qu’une pompe à eau et est-il raisonnable d’y consacrer autant de ressources, d’hypothéquer notre maison à ce point?

Je terminerai par un souhait personnel, c’est que je continue à pratiquer la louange du Créateur. Je suis bien conscient de faire partie du 5% des humains capables de reconnaître que la terre et la vie nous sont donnés,  c’est à dire que nous sommes les enfants nés de l’œuvre, amoureuse, oserai-je dire,  de Quelqu’un d’autre avant nous. C’est un enchantement pour moi quand je suis témoin de la grandeur d’âme de quelqu’un qui exprime sa reconnaissance entendue au sens de gratitude. Dans le mot reconnaissance, il y a plus que la connaissance, il y a un dévoilement, une révélation, une attestation, un aveu. C’est dire que la connaissance au sens de science ne suffit pas. Les humains ont besoin de découvrir le sens de leur vie, de la vie sur terre, de la vie avec les autres. J’aime écouter le témoignage de personnes qui ont réfléchi au sens de leur vie, car ça rejoint souvent ma propre expérience de recherche du sens de la vie. C’est pour ça que le témoignage des évangiles ne cesse de m’enchanter et de me rendre heureux.

Merci, François, de proclamer haut et fort ta foi au Dieu créateur et en Jésus Christ, Dieu parmi nous, qui veut nous tracer la voie de la réparation pour notre terre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.