Les Inuits et la chasse au phoque

Le 31 mars, au canal ICI-Explora, j’ai enregistré un documentaire intitulé Inuk en colère. Lire la description ici.  J’ai attendu d’être mentalement prêt pour le regarder. Et quand je l’ai fait, ça m’a bouleversé. En résumé, la réalisatrice Alethea Arnaquq-Baril, diplômée en droit, raconte quelles conséquences sur la vie des Inuits ont provoqué les campagnes de boycottage des produits fabriqués en peau de phoque. Tout ce battage a commencé par les protestations de groupes de protection des animaux, moussées par des personnalités, dont Brigitte Bardot et Paul McCartney, autour de l’abattage des blanchons dans l’Atlantique.

Crédit photo: ONF

Alethea raconte les vains efforts des Inuits pour communiquer avec des groupes comme Green Peace, l’IFAW et la HSUS pour plaider la cause des Inuits pour qui la chasse au phoque fait partie de leur mode de vie. Elle explique comment l’interdiction par l’Union européenne reconduite en 2015, ainsi que par d’autres pays dont les États-Unis, d’i

mporter des produits faits de peaux de blanchons, a fait chuter le prix des peaux de phoques et des produits dérivés privant ainsi les Inuits d’un revenu de subsistance. Les Inuits ont fait des représentations auprès de l’Union européenne pour abolir l’interdiction, expliquant que la chasse aux phoques fait partie d’un mode vie durable. N’est-il pas ironique qu’au même moment les sociétés pétrolières mènent des opérations d’exploration près des côtes de l’Ile de Baffin et du Groenland nuisant gravement à la faune marine.

Leur campagne de sensibilisation auprès des électeurs européens n’a pas obtenu suffisamment d’écoute pour empêcher que l’interdiction soit renouvelée. Ce que je viens de décrire motive le titre du film, mais je trouve que les Inuits ont été d’une sagesse et d’un calme tout à fait extraordinaires. Il faut vraiment le voir. On se désole parfois quand on apprend que le taux d’alcoolisme et de suicide dépasse de loin celui des autres groupes canadiens. La perte d’un moyen de subsistance important et d’un revenu décent pour vivre n’est-il pas source de découragement pouvant conduire à ces graves problèmes? On ferait la même chose à un groupe de producteurs québécois que je ne serais pas surpris de voir les mêmes conséquences.

Faites une expérience. Tapez Chasse aux phoques sur Google images.
Les résultats vous montrent des bébés phoques. Qui peut s’imaginer que l’abattage des blanchons serait le fait des Inuits? que ceux qui ont vécu des milliers d’années avant nous auraient ainsi saccagé leur propre garde-manger? Ces images sont le témoin de campagnes médiatiques (très lucratives pour les groupes environnementaux) qui s’appuient uniquement sur les émotions et pas du tout sur une approche scientifique. Certains travailleurs de ces groupes se sont d’ailleurs excusé des dommages causés aux populations inuites. Quels gestes de réparation poseront-ils ?                                         Crédit photo: http://www.marcelgreen.com

Ce film n’est pas sans évoquer nos propres luttes pour un développement durable dans des questions comme le transport des hydrocarbures ou l’agriculture biologique.
Pouvons-nous rester indifférents devant ce que vivent les Inuits qui occupaient le territoire canadien bien avant nous et pour qui que la chasse aux phoques a été un moyen de subsistance essentiel? On peut se demander par exemple jusqu’à quel point nos campagnes contre la chasse aux phoques n’est pas à l’origine de la baisse importante des populations de morues privant d’importants revenus les pêcheurs autant québécois que des provinces maritimes.

 

 

Crédit photo:
https://www.facebook.com/Association-des-Chasseurs-de-Phoques-intra-Qu%C3%A9bec-232391896832412/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *