L'encyclique Laudatio si' de François

Deux ans après son élection, le pape François est à un moment crucial de son pontificat: il interpelle non seulement les chrétiens mais tous les habitants de la terre face au danger que courent les prochaines générations d’humains. Cet appel fait suite logique à l’homélie du 19 mars 2013, tout de suite après son élection, où il demandait que les hommes et le femmes soient des gardiens pour la terre et prennent soin les uns des autres.

J’ai téléchargé la version PDF de son encyclique Laudatio si’ sur le site du Vatican. S’il a pris la peine de l’écrire entièrement de sa main, je me dois de la lire au complet. Je dois le faire surtout parce qu’il y a péril en la demeure et que les chefs politiques de la planète semblent incapables de faire consensus sur le danger et surtout de dépasser leurs différences de pensée et leurs intérêts particuliers. Pensons seulement au gouvernement du Premier ministre canadien Harper englué dans les sables bitumineux albertains et au gouvernement du Québec obnubilé par la «rigueur budgétaire» et incapable de proposer aux citoyens un projet de société aussi vital que l’aménagement de notre maison commune.

Enfin, je la lirai parce qu’un chrétien ne peut pas rester indifférent à cette situation sans renier le Christ pauvre, parce que ceux qui prétendent annoncer le Royaume de Dieu doivent, à la manière de Jésus, regarder en face les pauvres partout sur la planète, premières victimes de l’exploitation sans vergogne des ressources de la terre.

Dans son introduction, le pape fait appel au dialogue entre tous ceux qui s’efforcent de construire un monde meilleur, il fait appel à la nécessaire solidarité universelle pour dépasser notre indifférence ou notre résignation face au mal qui nous détruit. L’encyclique comporte six chapitres:
1. Ce qui se passe  dans notre maison
2. L’évangile de la création
3. La racine humaine de la crise écologique
4. Une écologie intégrale
5. Quelques lignes d’orientation et d’action
6. Éducation et spiritualité écologiques

À chaque semaine, je vous propose de lire un chapitre et d’envoyer vos commentaires.

Merci, François, de nous rappeler que les humains vivent dans une maison commune et ont la responsabilité de la sauvegarder.

3 réflexions au sujet de « L’encyclique Laudatio si’ de François »

  1. Avec cette lettre adressé au monde entier, l’évêque de Rome, François, exerce un leadership spirituel sans pareil. C’est toute l’humanité qui est interpellée. La prise de conscience est urgente et impérative. Ou bien nous détruisons l’écrin (l’Univers) dans lequel l’espèce humaine a vu le jour ou bien elle le protège à n’importe quel prix, la vie valant plus que la mort! Un défi, un enjeu irréversible. Yvon R. Théroux

  2. il faudrait lentement mettre au point un code de l’utilisation de la nature, comme il y a un code de la route.
    Je prends deux exemples: l’envie de parquer où cela m’arrange le mieux ..est devenue la loi de parquer là où c’est permis.
    Le passage pour piéton qui protège le » petit piéton » face à la » grosse voiture ou au gros camion » est transposable dans une protection des minorités face aux gros intérêts de certains gros actionnaires.. etc…

    1. Vous avez raison Monsieur Vaes. Chaque conducteur et conductrice sait très bien, sur les chemins qu’il emprunte souvent, où sont les passages pour piétons. Bon, devant une école, la crainte de surveillance policière fait observer les règles, mais ailleurs, là où l’usure a fait disparaître la peinture, c’est l’attention et le souci des plus faibles qui rappellent au conducteur le comportement approprié. L’absence de morale ou l’oubli insouciant des autres entraîne de la même manière une dégradation de l’environnement et de ses ressources. Ce qui reste, eh bien, les plus riches et les plus puissants s’en emparent comme si cela leur était dû. Un changement de mentalité en profondeur est nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *