Le temps de l’analyse et de la réflexion

Le temps de l'analyse et de la réflexion

J’ai toujours été engagé en politique; une défaite oblige à réfléchir. À faire une relecture des événements. À essayer de comprendre. À se repositionner.

Ma première lecture, c’est que les Québécois ont majoritairement choisi ce qu’ils considéraient comme la meilleure voie, incarnée dans le parti libéral. Mais il faut voir encore QUI sont ces Québécois.

Il me semble qu’ils sont majoritairement des grandes villes: Montréal, Laval.

Ils font partie d’un groupe social prospère ou, s’ils sont pauvres, ils ont choisi de s’associer aux riches qui leur promettent la prospérité. Ils ont cru le discours de M. Couillard  que par de bons emplois on devient libre.  Ils acceptent que les plus riches soient mieux soignés et aient plus de facilité pour étudier et obtenir un bon emploi. Ils ne voient rien à redire sur la médecine à 2 vitesses. Ils trouvent équitable que les frais de scolarité soient sensiblement les mêmes pour tous les étudiants, même s’il en coûte 10 ou 20 fois plus pour certaines disciplines.

D’autres, malgré leur méfiance vis-à-vis la classe politique, ont fait confiance à ce nouveau venu même si son parti était entaché de corruption. Ils savent maintenant qu’un pourcentage appréciable de leurs taxes engraissent des corrompus, mais préfèrent cela plutôt que de s’engager dans l’inconnu d’un Québec souverain. Ils se disent qu’eux-mêmes un jour profiteront de cette manne.

Ils ont majoritairement rejeté toute proposition d’un Québec souverain francophone. Ils pensent que les Québécois s’en tireront mieux dans une province du Canada, qu’ils voient encore comme un des plus beaux pays. Ils doutent fortement de leur capacité à se donner un État francophone, indépendant et viable. Ils n’ont pas objection à ce que la langue anglaise devienne la langue dominante et qu’éventuellement on doive parler anglais pour travailler, et que le français ne soit plus nécessaire.

À venir: qui sont les autres? qui sommes-nous qui appuyons la souveraineté?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *