Le niqab s’invite dans les élections

Le niqab s'invite dans les élections

Aux prochaines élections fédérales, j’essaierai de voter pour le parti qui reflète le plus mes valeurs. L’une d’elles est l’égalité des femmes et des hommes.

En pays démocratique, on a le droit de questionner les valeurs qui guident une Cour de justice au moment où un jugement est prononcé. Dans l’affaire du port du niqab à la cérémonie d’assermentation des nouveaux citoyens, le juge, me semble-il, ainsi qu’aux yeux de la majorité des citoyens canadiens, a-t-il respecté la valeur de l’égalité des femmes et des hommes? Le bon sens dit NON. Ce jugement me semble donner une préséance injuste à la liberté religieuse sur l’égalité de tous les humains dans ce pays.

Je suis un IMBÉCILE  (du latin imbecillus, faible de corps, dont le sens a évolué vers dépourvu d’intelligence, faible d’esprit), si je reste silencieux devant ce jugement et je vis dans un pays d’imbéciles,  si collectivement nous ne questionnons pas ce jugement. Quel individu sensé  dans ce pays ne voit pas que les défenseurs du port du niqab – au moins dans la sphère publique – sont des propagandistes, conscients ou non, d’une idéologie opposée à l’égalité des femmes et des hommes? Et que penser d’un juge, et du cortège des défenseurs des minorités, aveugles devant une telle propagande? Il est intéressant de lire différents points de vue sur la question. Et l’expérience d’une Fatima Houda-Pépin a beaucoup d’importance à mes yeux.

Mon jugement actuel est que les musulmans, comme les adeptes d’autres religions, ont le droit de pratiquer leur religion et de l’exprimer dans la mesure de l’acceptable. Il est aussi acceptable pour les femmes musulmanes de porter un hidjab (voile qui couvre les cheveux) que ce l’est pour d’autres personnes ayant adopté une coiffe particulière. On le fait pour des raisons pratiques autant qu’esthétiques, professionnelles ou religieuses pour d’autres personnes. Jusque là tout me semble acceptable et conciliable avec la dignité de la femme et des rapports entre citoyens. Qu’une religieuse catholique porte le voile est acceptable pour les mêmes raisons, même si nombre d’entre elles préfèrent aujourd’hui exprimer leur adhésion à Jésus Christ par un sourire et des mains secourables. Ce qui n’est pas acceptable, c’est le visage voilé. On ne l’accepte pas dans des manifestations, on ne l’accepte pas d’un citoyen ainsi vêtu qui irait faire un retrait à la banque. Le visage voilé signifie qu’on veut cacher quelque chose, qu’on veut obtenir un service ou profiter de l’autre sans qu’il voit et sache à qui il a affaire. C’est contraire au principe d’égalité. Un citoyen le prendrait très mal de comparaître devant un juge portant le niqab.

Ce qui est inacceptable, c’est que les propagandistes d’une idéologie anti-femmes se voient confirmés par UN JUGE dans leurs actions niant un principe aussi fondamental de notre société: l’égalité des femmes et des hommes. Ayant jugé que le port du niqab est une expression acceptable dans la sphère publique de son appartenance religieuse, comment d’autres juges feront-ils pour s’opposer à la coutume des mariages arrangés, sans le consentement éclairé d’une personne mature et majeure, mais soit disant conforme à des principes religieux? Si l’appareil judiciaire semble approuver une position de sa confrérie religieuse, comment une femme dominée trouvera-t-elle la force d’exprimer son avis et d’agir librement?

Ce qui est inacceptable d’un juge l’est autant des politiciens en campagne électorale qui se prostituent pour obtenir le vote des minorités et gagner quelques points dans les sondages. J’ai nommé le NPD et le PLC. J’ai clairement un parti-pris et je ne raterai pas le moment du vote pour exprimer mon avis. Les candidats, membres d’un parti en accord avec le port du niqab, sont barrés de ma liste.

Pour ce qui est de débattre de la question de fond à propos du port du niqab et des droits de la personne, cela ne fait que commencer et j’ai bien l’intention de ne pas rester à l’écart, même si c’est difficile. Réveillons-nous, maintenant.

Une réflexion au sujet de « Le niqab s’invite dans les élections »

  1. Ce qui m’inquiète le plus c’est que les musulmans viennent de remporter une victoire de plus. C’est un début, à mon avis, un pas de plus du cheval de Troie. Bientôt on revendiquera une autre exigence sous le motif du droit de la personne et de la charte canadienne. Nous sommes à ce point accueillant qu’on peut même renoncer à nos valeurs fondamentales pour répondre à leur culture… Les musulmans savaient bien que notre pays avait les portes et fenêtres ouvertes pour leurs revendications.
    Nos dirigeants semblent inconscients de l’avancement à petits pas de l’Islam sous prétexte d’ouverture et de respect des minorités, voir en d’autres pays comment se fait l’infiltration qui peut devenir incontournable à plus ou moins brève échéance…dont peut-être cet invasion migratoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *