Ce que dit la Charte des valeurs chrétiennes

Je trouve courageuse et assez habile l’initiative du gouvernement Marois d’offrir aux citoyens du Québec un projet de Charte des valeurs. Elle témoigne d’une volonté de définir qui nous sommes comme peuple. Et les débats qui s’annoncent permettront à chacune et à chacun de nous de se positionner. C’est une étape nécessaire avant de penser à la souveraineté, car se définir, c’est clarifier quelles sont forces (et nos faiblesses), nos talents, nos ressources, nos priorités.

Je suis engagé dans la foi et la communauté chrétienne, mais il m’arrive d’oublier la charte des valeurs du Royaume de Dieu. Lorsque j’anime une rencontre de préparation au baptême, je constate qu’un adulte sur dix peine à nommer une ou deux valeurs de la charte du Royaume. Comment se fait-il qu’on se dise croyant tout en ignorant les valeurs fondamentales de la foi chrétienne? Je devrais avoir constamment cette charte à l’esprit. Il y a pourtant deux hommes en moi: celui qui désire suivre le bon chemin et celui qui l’oublie ou fait semblant de l’ignorer. Heureusement, j’ai compris l’importance de la prière et de l’étude. Heureusement que Dieu ne nous condamne pas irrémédiablement: on peut se reprendre.

Je vous invite à relire un excellent article de Yvon R. Théroux, professeur et ami, qui définit la foi chrétienne et fait référence à cette charte du Royaume:

Dans le texte des béatitudes (Mt 5, 3-12; Lc 6, 20b-26) Jésus propose une nouvelle charte des comportements humains pour connaître le bonheur par la solidarité, le partage et le souci des autres. Des affirmations audacieuses d’un esprit qui rejoint le cœur de l’humanité. Si ses disciples sont le « sel de la terre » (Mt 5, 13; Mc 9, 50; Lc 14, 34-35),  « la lumière du monde » (Mt 14-16; Mc 4, 21; Lc 11, 53), ils doivent témoigner, tout comme lui, d’une même foi. Jésus incite au pardon et à la réconciliation (Mt 5, 23-24), il se prononce contre la vengeance (Mt 5, 38-42; Lc 6, 29-30) et osera même renverser l’ordre établi des lois : «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent… » (Mt 5, 44; Lc 6, 27-28). Un cri du cœur en faveur de la miséricorde. Le même que le prophète Osée (6,6) : «Je désire la miséricorde et non le sacrifice. » Voulant changer les mentalités, Jésus voudrait que désormais l’aumône soit faite en secret (Mt 6, 1-4), ainsi que la prière adressée à son Père (Mt 6, 5-8) et du même ordre,  l’esprit du jeûne (Mt 6, 16-18). Éviter de juger autrui (Mt 7, 1-5; Mc 4, 24; Lc 6, 37-42) et lui faire ce qu’on veut qu’il nous fasse – règle d’or de l’éthique planétaire (Hans Küng) -.  La foi vécue de Jésus convie tous ses disciples de tous les temps à ne pas seulement dire, mais agir (Mt 7, 21-23; Lc 6, 46) et à toujours construire sur le roc (Mt 7, 24-27; Lc 6, 47-49).

Pour lire son article en entier sur le blog eau du rocher. Nous avons un jour lu ou entendu cet enseignement. C’est un enseignement difficile à entendre, à écouter, à mettre en pratique. À chaque fois que quelqu’un me dit: «Je suis croyant, mais non-pratiquant.», je me redis que la pratique c’est fondamentalement «agir comme Jésus l’a enseigné».

Comment mettre en pratique cet enseignement dans le débat sur la Charte des valeurs québécoises? Je cherche une ou des valeurs à l’aune desquelles on peut juger du bien-fondé de cette Charte? À chacune et à chacun d’écouter son cœur et de prier pour voir ce qui, à ce moment-ci, lui permet de faire cette réflexion.

Je vous invite à lire l’article de Pierre-G. Majeau dont l’inspiration chrétienne est sûre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.