Archives pour la catégorie renaître

À moins de naître de nouveau, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. Jn3,3

Être chrétien, être envoyé

En cette fin d’avril, nous vivons le temps des célébrations de la Résurrection du Seigneur jusqu’à la Pentecôte. J’ai retrouvé une médaille que portait mon beau-père sur laquelle apparaît une illustration des douze apôtres couronnés d’une langue de feu. Elle réveille en moi le souvenir d’une foi authentique chez de nombreux Québécois qui professaient la foi catholique,  il y a 50 ans encore. Je la porte avec ferveur, car je me sens riche de l’héritage religieux de nos ancêtres.

En même temps, je vois aujourd’hui qu’ils sont de plus en plus exceptionnels celles et ceux qui célèbrent la foi de leur baptême, témoignent du Royaume de paix et de justice annoncé par Jésus et sont engagés en faveur des pauvres en son nom. Je me sens privilégié d’être de ces disciples et je garde confiance en ces temps de vents contraires pour l’Église, à qui il a été demandé de continuer la mission.

Certains d’entre nous déplorent la désertion des lieux de culte. Pas moi. Ça me rappelle une histoire que je ne manquais jamais de raconter à mes élèves. «Vous avez peut-être déjà lu sur la porte d’entrée de nos maisons le message suivant: ‘Nous sommes de foi catholique, veuillez respecter notre foi.’ Je leur disais alors qu’il aurait mieux valu écrire: ‘Désolés de ne pas vous recevoir, nous sommes sortis annoncer la bonne nouvelle.’ Le but était évident: se mettre à l’abri de l’ardente foi des Témoins de Jéhovah.

Aujourd’hui, c’est nous qui sommes invités à sortir des églises par le Seigneur lui-même. «Allez et enseignez toutes les nations. Baptisez-les et apprenez-leur tout ce que je vous ai enseigné.» La fête de la Pentecôte nous rappelle que, par notre baptême, l’Esprit Saint a été déposé en nous et que par nos paroles et nos actes nous pouvons faire connaître Jésus et notre Dieu, son Père.

Si parfois je me suis éloigné de l’Église et des prêtres, je sais que je peux toujours revenir, car comme le père du fils prodigue, il est là regardant par la fenêtre à attendre que son enfant revienne, et qu’il y aura plus de joie au ciel pour un seul pécheur repentant que pour 99 justes. C’est là qu’on mesure l’amour du Père. Je suis envoyé à mon tour pour révéler la bienveillance du Père vis-à-vis toute personne que je rencontre. Et l’Esprit qui est en moi m’enseignera tout ce qu’il faut dire.

Je vous souhaite une lumineuse fête de la Pentecôte!

Reprendre sa vie en main

Rencontres en groupe à la Maison La Traverse
Thèmes Hiver 2016 – Printemps 2017
Les mardis de 13h15 à 15h45
ou
Les jeudis de 19h00 à 21h30

Démarche conçue à l’intention des femmes qui se questionnent sur leur relation amoureuse.
Engagement à la confidentialité conclu en début de rencontre.
Groupe de type ouvert.
Le nombre de participantes varie d’une rencontre à l’autre.
Chacun des sujets est abordé sous l’angle de la violence conjugale et de ses conséquences.
La socialisation des femmes est également l’objet d’une attention particulière.

Thèmes : Quand?

Chicane de couple ou violence conjugale?                                               29 nov. – 1 er déc. 2016
La violence sous toutes ces formes                                                               6 – 8 décembre
Qui suis-je?                                                                                                             13 -15 décembre
Les besoins                                                                                                             20- 22 décembre
L’estime de soi                                                                                                      10 -12 janvier 2017
Libérons nos corps                                                                                              17-19 janvier
L’affirmation                                                                                                           24 – 26 janvier
La communication                                                                                               31 janv. – 2 février
Les émotions                                                                                                            7 – 9 février
Colère, agressivité, violence                                                                            14 -16 février
Les conséquences de la violence chez les enfants                                 21 -23 février
Territoire et limites                                                                                                7 – 9 mars
Le stress                                                                                                                    14 – 16 mars
Les peurs                                                                                                                   21 -23 mars
Plaisir, bonheur et sexualité au féminin                                                       28- 30 mars
Le collier de vie                                                                                                         4 – 6 avril
L’évaluation                                                                                                              11-13 avril

Téléphoner et demander à parler à Chantal ou à Marie-Claude , au 450-759-5882.

Un jour où la vie l’emporte sur la mort

Une amie inhumait aujourd’hui les cendres de son oncle Georges. J’ai tenu à être du groupe d’amis qui lui rendaient ce dernier hommage.

GeorgesTJ’ai connu Georges à peu près en même temps que celle qui devait m’épouser. C’était les années 70. Et nous participions avec enthousiasme au nouvel espace de liberté qui s’ouvrait au Québec. Notre ami Georges vivait avec Roland et cousait ses costumes de  travesti. Quelle générosité, quelle transparence, quelle simplicité  dans nos rencontres!

J’avais 27 ans passés. Et, en pensant à lui, j’ai coutume de dire que je ne ne savais pas encore manier un marteau et que c’est avec lui que j’ai appris à construire et bricoler. Avec les conseils et l’aide de Georges, mon épouse et moi avons construit un camp à Chertsey. Le soir nous prenions un verre de cidre ou de bière autour du feu de camp ou nous visitions Georges dans sa maison  et nous fredonnions des airs traditionnels accompagnés de son accordéon. Que d’heures de plaisir!
Puis la vie nous a séparés. J’ai appris dernièrement qu’il décédait à 90 ans. Quelques mois plus tard nous voici quelques amis au cimetière de Rawdon autour de l’urne qui contient ses cendres.

Pour ma part, j’aime à me rappeler que Georges était à nos côtés lorsque nous avons déménagé à Saint-Paul sur une fermette dans une maison délabrée. Il nous a donné un gros coup de main pour nous installer; pour dire vrai, il n’y avait même plus d’eau courante et la petite fournaise à l’huile Coleman peinait à chauffer la maison. Son plus beau cadeau fut de nous fabriquer des armoires de cuisine que nous ne songeons pas, quarante ans plus tard, à moderniser.

Ce fut une joie de fraterniser avec ses amis, avec nos amis. Georges restera avec nous longtemps, certainement plus que cette maison et ses armoires de cuisine, car il avait grand cœur. Que reste-t-il de plus précieux à notre décès que le souvenir d’un vrai ami! Cette part immatérielle et éternelle de nos relations, n’est-ce pas un signe que la vie l’emporte sur la mort?