Pour l’évangélisation des peuples

Je suis engagé en pastorale paroissiale depuis plus de trente ans et, cette année, j’ai été tenté de démissionner devant l’absence de leadership pastoral dans ma paroisse, devant le désintérêt des laïcs à participer à l’évangélisation et, enfin, devant l’absence de programme pastoral de nos curés. Je me suis alors tourné vers l’aide aux pauvres en collaborant avec le Comptoir vestimentaire.

Les mots du Pape François transmis par Yvon R. Théroux viennent éclairer ma route. Est-ce qu’ils ne conviennent pas à merveille en ce temps de fête de la Nativité de Jésus, comme nous le rappelle le prophète:  «Pour vous qui craignez mon Nom, le Soleil de Justice brillera, avec la guérison dans ses rayons. » (Malachie 3, 20) Et l’évangéliste, Luc à propos de l’annonce de la venue de Jésus, réinterprète ces paroles:  «Notre Dieu est plein de tendresse et de bonté : il fera briller sur nous une lumière d’en haut, semblable à celle du soleil levant, pour éclairer ceux qui se trouvent dans la nuit et dans l’ombre de la mort, pour diriger nos pas sur le chemin de la paix.» (Luc 1, 78-79)  La consigne est claire pour moi: se tourner vers ceux qui se trouvent dans la nuit et faire route avec eux, sachant que, là, nous rencontrerons Jésus, source de notre guérison.

Leversoleil

Je remercie Yvon R. Théroux qui nous recommande la lecture de ce compte-rendu des récents propos de François.

Pour évangéliser, l’Église doit elle-même s’évangéliser, rappelle le pape François au dicastère pour l’Évangélisation des peuples.

Le pape a reçu en audience au Vatican, ce jeudi, 3 décembre 2015, les membres de l’assemblée plénière de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, réunie sur le thème de la mission « ad gentes ». C’était la fête du patron des missions, saint François Xavier S.J.

Pour s’évangéliser elle-même, l’Église doit continuer d’écouter la « Parole » de Jésus, recommande le pape : « Il n’y a que comme cela qu’elle est capable de garder sa fraîcheur et son élan apostolique. »

Et elle doit s’abandonner à l’Esprit Saint : « La mission ne répond pas en premier lieu à des initiatives humaines ; c’est l’Esprit Saint qui est le protagoniste, c’est son projet. »

Et cette mission transforme l’Église : c’est « le moteur et l’horizon de la foi », « c’est une force capable de transformer l’Église de l’intérieur », car « l’Église sert la mission ».

Le pape lance ce défi aux paroisses : « Que chaque paroisse fasse sien le style de la missio ad gentes. De cette manière, l’Esprit Saint transformera les fidèles habituels en disciples, les disciples désabusés en missionnaires, les poussant hors de leurs peurs et de leur enfermement et les projetant dans toutes les directions jusqu’aux confins du monde. »

Il invite à la générosité justement quand il y a peu de vocations : « L’Église vit et grandit en sortant, en prenant l’initiative et en se faisant proche. C’est pourquoi, vous encouragez les communautés à être généreuses même dans les moments de crises vocationnelles. »

Il s’agit, explique encore le pape, de « s’engager afin que l’esprit de la missio ad gentes anime le chemin de l’Église, et qu’elle sache toujours écouter le cri des pauvres et des marginaux, rencontrer tout le monde, et annoncer la joie de l’Évangile ».

Il a donné en exemple les communautés africaines qu’il vient de rencontrer, pour « le dynamisme spirituel et pastoral de nombreuses jeunes Églises ».

Là-bas, l’Église se met au service des plus pauvres : « Là où il y en a besoin, l’Église est presque toujours présente et prête à soigner les blessures des plus nécessiteux. »

( 3 décembre 2015) © Innovative Media Inc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour notre sécurité *