Ouvrez la porte au dialogue

Ouvrez la porte au dialogue

Le pape François mérite sans contredit mon admiration. C’est un pasteur qui lit et interprète l’évangile, pas comme d’autres qui se réfèrent d’abord au catéchisme. Les apôtres et les premiers chrétiens ont suivi Jésus et ont mis en pratique ses enseignements. Le pape François m’apparaît favorable à la conversion de l’Église, mais je me questionne sur sa posture réelle concernant la reconnaissance des femmes comme capables d’exercer la profession de prêtre et de pasteur dans l’Église catholique. Il faut lire un journaliste du Devoir bien connu, Jean-Claude Leclerc, qui rapporte la rencontre du pape avec des religieuses concernant le diaconat pour les femmes, étape précédant la prêtrise.

Un autre signe qu’il se brasse quelque chose sur l’accession des femmes à la prêtrise est le billet de Pauline Jacob, sur le site Femmes et ministères. Cette femme est une pionnière de la réflexion et des luttes, ici au Québec, des femmes pour accéder à l’ordination sacerdotale. Il faut avoir la foi et beaucoup de ténacité pour soutenir cette cause. Et il vaut la peine de faire un détour pour voir qu’elle n’est pas seule dans ce combat.

Toujours est-il qu’à Rome, du 1er au 3 juin 2016, se tenait une réunion d’environ 6000 prêtres pour souligner l’Année de la Miséricorde. Parallèlement, la Conférence pour l’ordination des femmes tenait un kiosque pour faire connaître son combat. Si vous lisez l’anglais, lisez le témoignage de ces femmes.

Personnellement, à l’âge où je suis rendu, je serais surpris de voir l’Église dans son ensemble se convertir sur cette question. Des évêques canadiens sont engagés pour faire reconnaître la place des femmes, mais ils font encore partie d’une minorité. Une majorité conservatrice mène encore et paralyse les gestes que les progressistes voudraient poser. Un trop grand nombre d’évêques se laissent prendre dans des luttes de pouvoir et n’écoutent pas le Saint-Esprit. Et le peuple chrétien doit subir cela.

Que reste-t-il à faire? Appuyer ces femmes dans leur combat, lire et propager leurs réflexions et leurs appels, saluer les efforts de dialogue, prier que le Saint-Esprit éclaire ces hommes qui ont peur de faire une place aux femmes comme Jésus l’a fait, que même un monde dirigé par des hommes n’a pas réussi complètement à effacer des premiers écrits chrétiens. Quand il a été élu pape, François a demandé qu’on prie pour lui; je l’ai fait. Maintenant je prie pour que l’Esprit Saint éclaire ces hommes qui ont peur. J’aimerais bien savoir où se tient l’évêque de Joliette, Mgr Raymond Poisson, sur cette question… Au cas…, je lui réserve aussi une prière.

Dialogue judéo-chrétien

LE DIALOGUE JUDÉO-CHRÉTIEN
et
LE TEMPLE EMANU-EL-BETH SHOLOM

 VOUS INVITENT

 à une conférence suivie d’une discussion sur le thème:

 Le Avinou Malkenou / Notre père, notre roi, et le Notre Père chrétien

présentée  par

Rabbin Leigh Lerner et Anne Doran

 Le mercredi 8 juin 2016

à 19 heures

 Afin de permettre l’aménagement du petit sanctuaire, nous vous demandons de confirmer votre présence, soit par courriel : tklein@videotron.ca ,
soit par téléphone à Louis Charbonneau :  514  484-7662 ou à Thérèse Klein : 514  739-2103,

La contribution est de 7 $
4100, rue Sherbrooke ouest, (l’entrée se fait par le 395, rue Elm), Westmount.
M° Atwater ou Autobus 24.

Un jour où la vie l’emporte sur la mort

Une amie inhumait aujourd’hui les cendres de son oncle Georges. J’ai tenu à être du groupe d’amis qui lui rendaient ce dernier hommage.

GeorgesTJ’ai connu Georges à peu près en même temps que celle qui devait m’épouser. C’était les années 70. Et nous participions avec enthousiasme au nouvel espace de liberté qui s’ouvrait au Québec. Notre ami Georges vivait avec Roland et cousait ses costumes de  travesti. Quelle générosité, quelle transparence, quelle simplicité  dans nos rencontres!

J’avais 27 ans passés. Et, en pensant à lui, j’ai coutume de dire que je ne ne savais pas encore manier un marteau et que c’est avec lui que j’ai appris à construire et bricoler. Avec les conseils et l’aide de Georges, mon épouse et moi avons construit un camp à Chertsey. Le soir nous prenions un verre de cidre ou de bière autour du feu de camp ou nous visitions Georges dans sa maison  et nous fredonnions des airs traditionnels accompagnés de son accordéon. Que d’heures de plaisir!
Puis la vie nous a séparés. J’ai appris dernièrement qu’il décédait à 90 ans. Quelques mois plus tard nous voici quelques amis au cimetière de Rawdon autour de l’urne qui contient ses cendres.

Pour ma part, j’aime à me rappeler que Georges était à nos côtés lorsque nous avons déménagé à Saint-Paul sur une fermette dans une maison délabrée. Il nous a donné un gros coup de main pour nous installer; pour dire vrai, il n’y avait même plus d’eau courante et la petite fournaise à l’huile Coleman peinait à chauffer la maison. Son plus beau cadeau fut de nous fabriquer des armoires de cuisine que nous ne songeons pas, quarante ans plus tard, à moderniser.

Ce fut une joie de fraterniser avec ses amis, avec nos amis. Georges restera avec nous longtemps, certainement plus que cette maison et ses armoires de cuisine, car il avait grand cœur. Que reste-t-il de plus précieux à notre décès que le souvenir d’un vrai ami! Cette part immatérielle et éternelle de nos relations, n’est-ce pas un signe que la vie l’emporte sur la mort?

De beaux jeunes!

Le Journal L’Action, de Joliette, section Communauté, annonçait le 24 mars 2016, en pleine Semaine sainte, un souper-spectacle d’humour, pour aider Hébergement d’urgence Lanaudière. Ce sont les finissantes en Techniques de bureautique du CEGEP de Lanaudière qui ont mis sur pied le projet afin d’aider cet organisme d’aide aux personnes sans-abri de la région.

HUL

Pour couronner leur apprentissage ces jeunes femmes ont imaginé une manière de rendre la vie plus belle et encourageante à des personnes qui ont connu toutes sortes de difficultés. Je les félicite et j’invite qui voudra les appuyer à se procurer des billets pour leur souper spaghetti suivi d’un spectacle d’humour par les jeunes artistes, Anas Hassouna et Roman Frayssinet. Le souper a lieu au Complexe communautaire de Saint-Paul, le 22 avril 2016, justement le Jour de la Terre. Ce jour-là la Terre sera un plus belle! Les billets se vendent 30$ et les profits seront remis à Hébergement d’urgence Lanaudière. On peut obtenir des billets (en nombre limité) auprès des étudiantes en Techniques de bureautique ou à Hébergement d’urgence Lanaudière: 450-753-7735.